RACINES, LA DÉCOUVERTE DU SITE

Une trouvaille inattendue

En mars 2020, la pandémie de Covid-19 grippa le monde et provoqua le premier confinement. Comme tous les habitants de France, Wouter van der Veen se retrouva soudainement chez lui, désœuvré, au chômage technique. Et à l’image d’un grand nombre de personnes se retrouvant dans la même situation, il se lança dans une vaste opération de rangement et de classement.

Parmi ses divers dossiers se trouvait celui qui contenait la carte postale numérisée de la rue Daubigny. Par un hasard extraordinaire, elle était affichée sur son écran quand il reçut un appel qui dura suffisamment longtemps pour que son regard se perde dans le vide avant de se fixer sur l’écran, dans un état presque hypnotique.

Une découverte vertigineuse

Wouter van der Veen connaissait le dernier tableau de Van Gogh par cœur. En quelques secondes, les formes torturées et énigmatiques des Racines de Van Gogh se déportèrent sur la carte postale, et malgré la différence d’angle et l’évolution du taillis, qui avait continué sa croissance, tous les éléments du tableau le plus mystérieux de Vincent trouvèrent leur explication.

Racines, Auvers-sur-Oise, morphing carte postale 1900-1910
Racines

Après l’excitation de la découverte, qui est un événement majeur dans la compréhension de la vie et de l’œuvre de Van Gogh, ce fut le vertige. Comment faire valider cette trouvaille unique et inattendue ? Et que restait-il aujourd’hui à l’endroit identifié ?